Ponts passerelles

Passerelles pour l’éducation –
Une contribution germano-burkinabée à la Campagne du Millénaire

I. Condition préalable

Un reportage de la Deutsche Welle constate en 2006 que seulement 40% der enfants au Burkina Faso fréquentent l’école primaire et que 70% der Burkinabés ne savent ni lire ni écrire. Les régions de Gourma et de Sissili font partie des régions qui ont le taux de scolarisation le plus bas.

Les initiateurs de ce projet-pilote veulent contribuer à ce que le nombre des personnes qui ne savent ni lire ni écrire soit réduit sensiblement.

Le développement est favorisé par l’appropriation de la propre histoire et d’œuvres littéraires et culturelles propres au pays. Les initiateurs burkinabés et allemands partagent l’opinion que l’éducation va bien au-delà de la simple faculté technique de lire et d’écrire.

Nous voulons relever le défi d’associer au dialogue concernant les objectifs du Millénaire pour le développement à Karlsruhe une coopération concrète de partenaires privés et publiques au Burkina Faso.

II. Les objectifs

Création d’un cadre stimulant pour l’éducation dans les localités du projet, c’est-à-dire à Fada N’Gourma et Dori / Burkina Faso (Objectif du millénaire 2).

Contribution à la mise en place d’un partenariat mondial pour le développement à travers la coopération de bibliothèques et d’écoles en Allemagne et en Afrique de l’Ouest (Objectif du millénaire 8).

Participants sollicités:

A Karlsruhe / Allemagne:
Stoffwechsel e.V. – Dialoge und Projekte zur Förderung des Menschenrechts auf Bildung avec rôle de coordinateur

Le syndicat personnel de l’éducation et de la recherche (GEW),
La bibliothèque municipale de Karlsruhe,
La société littéraire de Karlsruhe (Literarische Gesellschaft Karlsruhe),
Le Ministère fédéral pour la coopération économique et le développement (BMZ),
La fondation du land de Baden-Württemberg.
Au Burkina Faso:
L’administration municipale Fada N’Gourma,
Le syndicat de l’éducation SYNTER,
Le Ministère de l’éducation du Burkina Faso; ministère de la culture du Burkina Faso.

III. Conception

Les réflexions conceptionnelles suivantes se basent sur un contact bilatéral intensif qui existe depuis 1985. Au cours des dernières années ont eu lieu des séjours d’enseignants burkinabés en Allemagne, des conférences communes à Fada N’Gourma et Bad Boll ainsi que des séjours informatifs d’enseignants allemands au Burkina Faso. Ces projets ont été soutenus par la GEW et InWent.

En décembre 2007 / Janvier 2008 des discussions intensives avec des représentants des administrations municipales et d’écoles de Fada N’Gourma et de Dori ont eu lieu. En outre, la base pour l’établissement de la bibliothèque de SYNTER à Ouagadougou a été posé dans ce cadre par la mise à disposition de 3000.- euros. Cette bibliothèque se trouve dans les locaux de SYNTER, qui ont pu être aménagés grâce au soutien de la fondation Entwicklungs-Zusammenarbeit Baden-Württemberg (fondation pour la coopération dans le domaine du développement). L demandeur d´alors fut le cercle de travail Stoffwechsel du syndicat GEW Baden-Württemberg.

Les profondes tensions sociales entre des modes de vie traditionnels et des formes d’expressions occidentales rendent une confrontation critique avec les concepts du développement de rattrapage nécessaire. Cette théorie du développement perçoit les nations comme étant sur un champ de course mondial où l´orientation est fixée par les nations industrielles occidentales dirigeantes.

Passerelles pour l’éducation
A travers ce projet, des efforts doivent être entrepris pour – Surmonter la barrière existante entre ville et campagne. – Prendre en compte les intérêts divergents entre la maison paternelle et l’école. – Encouragement du dialogue oral et écrit. – Apprentissage de la langue française et réhabilitation de la langue maternelle autochtone.

Grâce à ce projet une contribution importante est apportée au dialogue entre l’école et la maison paternelle. Il existe ici depuis longtemps des conflits dont la cause relève du problème suivant : Les résultats scolaires sont perçus comme des certificats formels qui ne transmettent guère de compétences pratiques et qui n’ouvrent pas obligatoirement les portes à une activité professionnelle. Ce projet vise à rendre l’apprentissage de connaissance scolaires plus attrayant, car ces connaissances cachent une valeur pratique pour la société.

Se pose maintenant la question magique du pourquoi ? Pourquoi est-ce que des enfants africains vivant à la campagne devraient apprendre à lire et à écrire s’ils n’auront jamais la possibilité d’appliquer ces connaissances à travers la lecture de livres ? Le fait qu’il n’y a pas de livres dans les lycées est un scandale. Les jeunes dans les villes ont parfois des moyens d’accès à de la lecture. Cependant il s’agit souvent de livres français dépassés, rapportant les conditions de vie en Europe. Aucun des jeunes que nous avons interrogés à Fada N’Gourma et à Dori pendant notre séjour informatif n’avait jamais lu un roman africain.

Des réflexions antérieures prévoient la rénovation et l’aménagement des locaux des bibliothèques fixes à Fada N’Gourma et à Dori. Le commencement devrait se faire à Fada N’Gourma. La bibliothèque se situe dans des locaux du lycée Diaba Lompo. Les pièces sont actuellement dans un état lamentable. Il s’agit uniquement d’une étagère remplie de littérature française dépassée ; il manque de la littérature africaine et des livres d’actualité.

Si ce projet ne doit en revanche pas atteindre qu’une petite minorité dans les villes, il est nécessaire que ce projet soit communiqué par une personne de formation africaine. Présenter des livres sans médiation personnelle ne semble pas judicieux. De plus, le soutien de bibliothèques ne doit pas en première ligne s’appuyer sur une perfection technique, mais sur la médiation.

Un point de rattachement de cette réflexion est l’exemple du travail et du soutien des Stadtschreiber comme il en existe dans quelques villes en Allemagne. Ces écrivains municipaux obtiennent une contribution financière mensuelle de la ville pour des travaux littéraires qui sont en rapport avec la municipalité. Nous voulons enthousiasmer des personnes intéressés par la littérature et l’interculturalité à Karlsruhe à apporter une contribution mensuelle. Grâce à ces moyens, un écrivain régional de la région de Gourma pourra être chargé, d’abord pour une durée d’un an, de cette tâche.
Cet écrivain régional en Afrique de l’Ouest n’est pas un « écrivain » dans le sens dans lequel on l’interprète en Europe. Il voyagera dans les campagnes pour lire des livres à haute voix et en présenter d’autres. Il s’orientera aux intérêts de la population rurale et donnera de nouvelles instigations.
Quelles sont les attentes à l’égard de cette personnalité ? – Aptitude dans le domaine de la narration mais aussi capacité d’écouter quelqu’un. – Connaissance de la langue française et du Gourmanché (ou d’autres langues locales) – Conscience de ses responsabilités et capacité de documenter son travail.

L´écrivain régional de la région de Gourma va porter conseil à l’association Stoffwechsel en ce qui concerne la fourniture de livres appropriés.

A la concrétisation de ce concept fut entre autre associé Mr Augustin Narcisse Tankoano. Mr. Tonkoano a été pour un an en Allemagne dans le cadre du programme d’InWent LTI Management régional Afrique de l´Ouest et a entre autre travaillé auprès de l’Euroinstitut à Kehl. Début novembre 2008 il a repris son travail en tant qu’assistant pour la planification régional (EPCD) à Fada N’Gourma auprès de l’administration de la commune.

Les résultats les plus significatifs de la délibération commune sont les suivants:
Un groupe de conseillers et de soutien doit être mis en place. Les personnes suivantes en feront parties:
Mahamadou Thiombiano / administration municipale Fada N‘Gourma
Augustin Tankoana / Développement régional
Michel Thiombiano / Proviseur du Lycée Diaba Lompo
SYNTER / Représentant du syndicat
Représentants de l‘association des parents d’élèves

Les prochaines démarches sont :
L’association Stoffwechsel e.V. va organiser un colloque le 24 janvier 2009 qui portera sur ce projet. Un aspect principal sera l’intégration des conseillers dans la conception du projet et l’attachement de membres et d’amis de l’association ainsi que des institutions amies.

Du 21/02/2009 au 01/03/2009 est prévu un séjour de représentants de l’association Stoffwechsel e.V. au Burkina Faso. A Fada N’Gourma, un atelier devra se consacrer aux tâches figurant ci-dessous : – Recherche d’une personne appropriée pour le travail d’« écrivain régional de la région de Gourma ». Des entretiens avec de potentiels candidats doivent être effectués. – Elaboration d’un agenda pour la rénovation de la bibliothèque (murs, sol, plafond, panneaux solaires). Financement, contribution propre – Estimation des prix. – Public visé et modalités d’usage.

Un groupe de conseillers sera formé pour ce projet. Les personnes ci-joint ont déclaré leur disposition pour ce projet :

Prof. Dr. Tirmiziou Diallo, Conacry/Worms
Expert dans le domaine de l´éducation; recherches dans différents pays africains et asiatiques, participant et orateur aux deux conférences à Fada N’Gourma et à Bad Boll en 2005.

Prof. Dr. Hansgeorg Schmidt-Bergmann, Karlsruhe
Chaire pour la littérature allemande récente à l’université de Karlsruhe, président de la société littéraire, directeur du musée pour la littérature au Rhin Supérieur.

Dr. Manfred Loimeier, Mannheim
Chargé de cours pour la littérature africaine à l’université de Heidelberg, critique de littératures africaines pour divers journaux, revues spécialisées et pour la radio, expert pour des projets visant le soutien de la culture de la lecture au Nigeria et au Mali.

IV. Perpectives

Depuis le dernier séjour d’une délégation de la GEW d’autres relations existent avec Dori et la région de Sissili. La délégation fut surprise du fort intérêt pour à une coopération et des conceptions concrètes du groupe régional de SYNTER. L’établissement d’une bibliothèque est perçu comme indispensable pour Dori et la région de Sissili.

Le projet Passerelles pour l´éducation a déjà été discuté en Allemagne avec des gens d’origine africaine. I y a un grand intérêt pour la réalisation de ce projet pilote est fort et, s’il a du succès, également à l’adaptation dans d’autres pays africains, comme le Mali, la Guinée, le Bénin ou le Kenya.

SI VOUS ÊTES INTERESSÉ PAR CE PROJET GERMANO-BURKINABÉ ET QUE VOUS VOULEZ PARTICIPER A LA GESTION DE CELUI-CI, NOUS VOUS PRIONS DE BIEN VOULOIR NOUS CONTACTER !

Werner Kersting
Kanalweg 95
76149 Karlsruhe
Werner.Kersting@web.de